Back to all Post

Le château de Mértola – Journée nationale des châteaux – 7 octobre 2021

Le château de Mértola
Journée nationale des châteaux – 7 octobre 2021

Situé au sommet d’une longue et raide colline, le château de Mértola s’articule autour de remparts enserrant la zone urbaine jusqu’au fleuve Guadiana, ce qui lui offrait des conditions exceptionnelles pour la défense et le contrôle du territoire environnant. Sur la ligne du temps, elle suit les structures fortifiées précédentes, dans une évolution structurelle aux contours imprécis, qui s’étend de l’âge du fer à la forteresse almohade conquise par les chevaliers de Saint-Jacques de l’Épée en 1238.
On retrouve des traces et des influences évidentes de la période islamique dans l’implantation et dans le dessin trapézoïdal de la fortification, qui pourrait remonter au IXe siècle, lorsque Abd al-Malik Abil-Gawwad prit possession de Mértola. Ces vestiges sont également présents au niveau de la porte flanquée de tourelles et de l’accès en forme de coude, probablement développée à l’époque almohade, en l’an 1171, comme le suggèrent les informations relatives au renforcement du château promu par le calife Abu Ya’qub Yusuf..
C’est dans la forteresse almohade que les chevaliers de Saint-Jacques de l’Épée, sous la conduite de Paio Peres Correia, s’installèrent après sa conquête en 1238. Il ne reste aucun vestige des adaptations et transformations qu’ils auraient effectuées pour aménager l’enceinte selon leurs besoins et obligations religieuses et militaires, à savoir la construction de leur couvent.
Bien qu’il réutilisait des structures et des éléments antérieurs, le château que nous connaissons aujourd’hui est un bâtiment de type gothique, érigé en 1292 pour abriter le premier siège de la branche portugaise de l’Ordre de Saint-Jacques de l’Épée.il fut la résidence symbolique de son premier maître, João Fernandes, ancien grand commandant de Mértola. Faisant partie de la réforme des châteaux de la région frontalière promue par le roi Dinis, le château est de plan trapézoïdal, avec des murs larges et hauts, des angles fortifiés par des tours, un ensemble qui se distingue par le puissant donjon (environ 27 mètres de haut) et le bastion protégeant l’entrée. Dans son enceinte, outre le couvent de l’Ordre, se trouvaient différents bâtiments aux fonctions diverses (citerne, casernement, écurie, cuisine, etc.), dont il reste très peu de traces.
Le château de Mértola, en raison de sa position stratégique sur le territoire (le fleuve communiquant avec le littoral), accompagna les vicissitudes de la défense militaire du royaume jusqu’aux années 1830, représentant l’un des espaces fortifiés avec la plus longue durée de vie opérationnelle de l’histoire militaire portugaise.
À la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle, une imposante alcadie et une chapelle, aujourd’hui disparues, furent construites. La citerne fut agrandie et un bastion fut érigé, aujourd’hui devenu un espace commémoratif des adaptations auquel le château fut exposé lors du passage de l’époque médiévale à l’époque moderne. Pendant la longue guerre de Restauration (1640-1658), qui a vu le territoire du Guadiana se transformer en une scène continue de conflits, les remparts furent reconstruits, des quartiers furent élevés et, au lieu de construire des bastions modernes, les tours et les merlons furent rasés pour créer des plateformes destinées à l’artillerie. Depuis lors et jusqu’au début de l’époque contemporaine, des périodes d’occupation, au cours desquelles des travaux furent réalisés et le bâtiment servit de quartier et de poste de garde, se succédèrent à des phases de négligence et d’abandon.
Lorsqu’il perdit sa valeur militaire, l’état de ruine s’accentua, mais il fut sauvé par diverses campagnes de travaux (entre 1950 et le début du XXIe siècle), qui permirent de réhabiliter sa mémoire historique et patrimoniale et de devenir ensuite un musée. L’espace muséal, situé dans le donjon, offre deux unités thématiques : le parcours historique et l’évolution formelle du château (1er étage) et la relation historique et patrimoniale entre Mértola et l’Ordre de Saint-Jacques de l’Épée (2e étage).
(in, BOIÇA, Joaquim M.F. e BARROS, Maria de Fátima Rombouts de, Museu de Mértola – o Castelo, Mértola, Câmara Municipal de Mértola, 2013)

Musée Mértola. Commune de Mértola © 2020. Tous droits réservés